En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo Université Tours

Infectiologie, santé publique - pathogène, immunité, infection

Unité mixte de recherche Infectiologie et Santé Publique

Inra - Université de Tours

Coccidioses : vers un nouveau traitement

Cellules MDBK infectées par des sporozoïtes d’Eimeria tenella. Les noyaux des cellules sont marqués en bleu par le DAPI. Les sporozoïtes, exprimant la YFP, apparaissent en vert.
© INRA, A Silvestre
De nouveaux composés actifs contre le développement du parasite

Nous avons adopté deux stratégies pour trouver de nouvelles molécules actives contre les coccidioses :

  • la première teste directement l’action de nombreux produits de synthèse sur l’invasion et le développement des parasites ;
  • la seconde, plus sélective, passe par l’identification de protéines des coccidies indispensables à leur développement. Ces protéines pourront servir de cibles pour de nouveaux inhibiteurs chimiques ou pour des composés déjà connus mais modifiés pour une meilleure affinité. L’approche ciblée permettra aussi de mieux comprendre la résistance des parasites aux médicaments et de s’y adapter. Car celle-ci pose maintenant un réel problème de traitement des coccidioses dans les élevages de volailles.

Nous avons mis en évidence 4 composés chimiques non toxiques et actifs contre l’entrée des coccidies dans les cellules in vitro. Tout d’abord, nous avons criblé une banque de 87 molécules pour sélectionner un composé « chef de file » efficace. Puis, en en modifiant la structure par synthèse de 34 molécules, nous avons amélioré l’activité anticoccidienne pour 4 d’entre elles. Nous avons testé tous les composés en mesurant la diminution de l’infection de cellules en culture. Enfin, nous avons éprouvé la toxicité des molécules les plus actives sur les mêmes cellules non infectées.

Par la même approche de criblage d’une chimiothèque, nous avons aussi isolé un composé actif contre plusieurs parasites : les agents de la toxoplasmose, de la coccidiose, du paludisme, de la néosporose et de la besnoitiose.

De plus, nous avons recherché un traitement qui ciblerait une protéine spécifique du parasite, impliquée dans son développement. En effet, nous avons caractérisé et localisé cette protéine et nous avons montré qu’elle s’exprimait à différents stades du cycle parasitaire. Puis, nous avons synthétisé un inhibiteur spécifique de cette protéine, qui agit aussi contre l’agent du paludisme en bloquant le développement parasitaire in vitro. En modifiant ce composé, nous avons aussi obtenu des molécules efficaces, mais il est peu probable qu’elles ciblent la même protéine parasitaire.