En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal logo ONF

Inra Val de Loire - UR Amélioration, génétique et physiologie forestières

Site de l'UR AGPF de l'INRA

Thèmes de recherche

Nos recherches cognitives et méthodologiques sont organisées autour de 3 axes principaux s’adressant chacun plus spécifiquement à une échelle d’étude (individus, populations, unités de gestion) mais intégrant tous, la notion d’environnement changeant.

Les principaux caractères étudiés concernent la formation du bois, la résistance aux agents pathogènes et la reproduction (sexuée/asexuée).

Ces 3 axes de recherches sont en interaction directe avec les missions de transfert et d’appui aux politiques publiques. Le pôle opérationnel “Ressources génétiques”, a pour vocation de gérer la conduite de programmes d’amélioration génétique sur 6 espèces d’intérêt (Douglas, Mélèzes, Pin sylvestre, Peuplier, Merisier, Frêne), et également de programmes de conservation de ressources génétiques inscrits dans la politique nationale pour plusieurs espèces.

Themes_recherche

Les recherches menées dans les 3 axes permettent d’introduire de nouveaux critères de sélection et d’adapter les étapes d’évaluation, sélection, recombinaison et déploiement des programmes d’amélioration gérés à l’Unité ou dans le cadre de partenariat. Elles permettent également de mieux comprendre les compromis entre les différentes fonctions et services liés à la diversité génétique des espèces forestières et ainsi d’accompagner les gestionnaires et décideurs dans leurs choix de gestion des ressources génétiques forestières. A l’inverse, les ressources génétiques originales gérées dans les programmes de conservation et d’amélioration génétique et les dispositifs expérimentaux dans lesquelles leurs performances sont évaluées offrent des supports d’étude précieux aux recherches menées dans les 3 axes.

Axe A : Comprendre la construction du phénotype pour des caractères complexes 

Le principal enjeu ici est, en restant à l’échelle de l’individu (combinaison unique de gènes et allèles pouvant être répliquée par multiplication végétative), d’aller plus loin dans la compréhension de la construction du phénotype pour des caractères complexes en alliant écologie, physiologie et génomique fonctionnelle. La dissection des caractères se fait aux niveaux phénotypique et moléculaire en s’attachant à une caractérisation plus fine des variations de l’environnement (température, disponibilité en eau, stress mécaniques, stress biotiques) afin d’identifier les covariables environnementales les plus pertinentes en prédiction. Les approches de dendroplasticité développées depuis longtemps dans l’Unité sont mobilisées pour mieux prendre en compte la diversité spatio-temporelle des environnements sur les réponses enregistrées dans le passé afin de mieux prédire les réponses à des environnements futurs. Au niveau moléculaire, de nouvelles technologies de transgénèse ou de techniques d’édition des génomes sont adaptées à nos modèles biologiques pour poursuivre la validation fonctionnelle de déterminants moléculaires présents dans les réseaux de gènes impliqués dans différents processus. Cinq priorités de recherche sont développées :

  1. Étude des interactions moléculaires impliquées dans le fonctionnement du cambium et la xylogénèse
  2. Utilisation de l’édition de génomes et de la transgénèse pour l’étude de l’élaboration du phénotype, lien entre plasticité moléculaire et plasticité phénotypique
  3. Dissection de phénotypes complexes permettant d’identifier les caractères élémentaires les plus sensibles aux fluctuations de l’environnement au travers notamment de l’analyse de cinétiques à différentes échelles (journée, saison, année) ou d’approches histologiques
  4. Développement d’indices de plasticité phénotypique reposant sur l’identification de covariables environnementales pertinentes
  5. Etude des déterminants physiologiques et moléculaires de l’aptitude à l’embryogénèse et du développement embryonnaire dans un environnement changeant

Axe B. Analyser les réponses des populations naturelles et sous sélection artificielle

En passant à l’échelle des populations et en alliant biologie des organismes, analyse des polymorphismes moléculaires, génétique des populations, biologie prédictive et intégrative, les enjeux de l’axe B sont multiples. Pour des espèces à longue durée de génération, il s’agit d’identifier les parts respectives de la plasticité phénotypique et de l’adaptation, dans les réponses à court et long termes des populations d’arbres forestiers à des changements environnementaux. La sélection qu’elle soit naturelle ou artificielle s’exerçant sur les phénotypes, il convient de s’intéresser à des composantes de la variabilité phénotypique jusqu’ici négligées, comme les variances liées aux interactions Gène-Gène (GxG) et Génotype-Environnement (GxE) avant d’envisager l’utilisation des polymorphismes moléculaires en sélection ou en biologie de la conservation. Pour la même raison, la détection d’adaptations locales nécessite des approches multicaractères intégrant traits fonctionnels et traits complexes associées à la production quantitative et qualitative de bois afin de mieux prendre en compte les compromis entre fonctions dans différents environnements. Une autre composante du potentiel adaptatif des populations, le système de reproduction où interviennent les évènements de recombinaison génétique, peut être impacté par les changements climatiques et est étudié à travers l’analyse des qualités physiologiques et génétiques des graines. Six priorités de recherche sont développées :

  1. Étude de la place des effets d’interaction Gène-Gène (GxG) dans l’architecture génétique de caractères liés à la formation du bois et à ses propriétés physico-chimiques. L’inférence de réseaux de gènes repose sur l’analyse de données d’expression RNA-seq sur un panel de génotypes de peuplier noir structurés en populations.
  2. Combiner analyses de liaison (QTL) et génétique d’association à l’échelle du génome (GWAS) et prendre en compte les interactions GxE pour approfondir nos connaissances sur l’architecture génétique de caractères complexes et valider des régions génomiques candidates sur le modèle biologique peuplier.
  3. Exploration de l’intérêt de variants de l’ADN autres que les SNP tels que les variants structuraux ou les marques épigénétiques en partenariat avec des expertises présentes en dehors de l’unité.
  4. Analyse comparée de l’architecture génétique de traits d’intérêt économique et de traits fonctionnels (matrices de variances–covariances G) dans différentes populations naturelles et d'amélioration, observées dans un ou plusieurs environnements. 
  5. Étude de la variabilité et du déterminisme génétique des patrons de plasticité phénotypique au sein de populations naturelles ou d’amélioration. Investigation des liens entre plasticité phénotypique et valeur sélective (fitness).
  6. Étude des effets de l’environnement sur l’évolution démographique de populations naturelles et sur le régime de reproduction en vergers à graines.

Axe C. Optimiser la gestion durable de la diversité génétique dans les populations naturelles et d’amélioration

Le passage à l’échelle d’unités de gestion (unités conservatoires in et ex-situ, populations d’amélioration, populations de production telles que les vergers à graines ou les planches de semis en pépinière permettant le déploiement des variétés améliorées) pose plusieurs questions. Tout d’abord, celle de la gestion de compromis biologiques entre niveau de gains génétiques multi-caractères (croissance, reproduction, résistance, résilience), maintien de la diversité génétique, prédiction des performances en situation d’incertitude sur les conditions environnementales. Nous souhaitons également lui ajouter la question d’optimisation des moyens engagés en prédiction (phénotypage/génotypage), lors des opérations de recombinaison génétique pour valoriser une nouvelle diversité génétique ou encore pour la diffusion du progrès génétique.  La diversité des modèles biologiques et des contextes économiques étudiés nous conduit à développer des approches génériques et à combiner simulations et études de cas concrets. Les développements méthodologiques associés concernent la prise en compte explicite en prédiction et sélection de toutes les informations génomiques d’intérêt et de la plasticité phénotypique. Six priorités de recherche sont développées :

  1. Préserver les options futures par une conservation dynamique et de nouveaux échantillonnages adaptés de ressources génétiques forestières d’intérêt ou menacées. L’urgence imposée par la situation sanitaire sur le frêne, nous amène dès aujourd’hui à identifier des stratégies privilégiant réactivité et pragmatisme.
  2. Intégrer informations phénotypiques et génomiques (à terme plusieurs ‘-omics ‘) pour une meilleure gestion génétique des populations d'amélioration. Il s’agit avant tout de démontrer l’efficacité d’une sélection génomique pour le peuplier alliant augmentation de la précision et de l’intensité de sélection, raccourcissement du cycle de sélection, contrôle de l’apparentement et gestion à long terme des polymorphismes d’intérêt.
  3. Recombiner des pools génétiques différenciés pour générer de la diversité génétique, améliorer l’adaptation des arbres à leur milieu et maximiser les propriétés d’intérêt économique. Cette question s’adresse plus particulièrement à l’hybridation interspécifique, qui permet chez le mélèze de valoriser des complémentarités entre génomes, des effets d’hétérosis et une plus grande homéostase ou adaptation à des conditions environnementales extrêmes.
  4. Intégrer dans la sélection de nouveaux prédicteurs fonctionnels et prendre en compte de façon explicite la plasticité phénotypique.
  5. Réduire les coûts des opérations d'évaluation, de sélection et de recombinaison des programmes d'amélioration en adaptant les plans d’expérience, en bénéficiant d’analyses spatiales plus performantes ou de reconstruction de parenté, en pratiquant une sélection phénotypique juvénile intensive et en développant des approches participatives avec différents acteurs de la filière forêt-bois ou d’agroforesterie.
  6. Adapter les structures de production à la diffusion raisonnée d’un matériel associant performances et diversité génétique.